Signer, une histoire vieille comme le monde !

De Lascaux à la Grèce Antique, pendant des siècles la signature a essentiellement été utilisée pour identifier l'auteur d'un ouvrage ou d'un écrit.
Avec la structuration des sociétés anciennes (Mésopotamie, Egypte, ...), les autorités ont rencontré le besoin de communiquer avec leurs administrations, c'est alors que la signature a acquis une valeur juridique.
Le développement des échanges commerciaux internationaux, dès le XVIème siècle, avec la création de la lettre de change, a donné à la signature un caractère juridique plus 'universel'.

Signer à l'heure d'internet

A l'heure de l'informatique et d'Internet, de la transition numérique, de la numérisation de l'économie, de la digitalisation, de l’industrie 4.0, du tournant numérique, des nouveaux modèles d'affaires, du big data, du cloud, des applications mobiles, ..., l'homme a besoin d'un outil qui doit répondre aux mêmes critères que la signature manuscrite, qui lui est personnel, qui l'authentifie clairement et l'engage par rapport au contenu de l'acte signé.
C'est pour cela que la signature, identification utilisée depuis la nuit des temps par l'homme, et la technique informatique ont été rapprochées par les législateurs européens, qui, en conférant à la signature électronique la même valeur légale que la signature manuscrite, a ouvert la voie aux échanges électroniques sécurisés à valeur juridique certaine.

Un environnement juridique complet

Mais les législateurs ne se sont pas arrêté là, en effet ils ont apporté des réponses et ont précisé, dans le cadre des échanges dématérialisés, les règles de fonctionnement, techniques et juridiques, de la signature électronique.
C'est ainsi qu'ils ont défini, autour de cette dernière, les grandes règles portant, par exemple, sur la dématérialisation des marchés publics, sur la facture électronique ou sur l'archivage des documents électroniques.

Je veux la mort de votre entreprise !

Vous n'êtes pas sans savoir que le monde de l'Internet est un monde dans lequel, si on ne prend pas quelques précautions, on peut, par exemple, se faire espionner ou se faire voler des informations.
Imaginez une seconde que je sois votre concurrent direct, avoir connaissance du contenu de votre déclaration de TVA, c'est connaître précisément votre chiffre d'affaires.
Et si je pouvais accéder au contenu de votre déclaration et faire en sorte que je puisse modifier le montant de TVA que vous avez déclaré en le multipliant par dix ...
Bien sur le législateur à pensé à tout cela, c'est pourquoi la cryptographie fait partie intégrante de la signature électronique.

A votre service

N'hésitez pas à nous contacter, nous pourrons faire avec vous, gratuitement, une évaluation de votre situation et des solutions et moyens à mettre éventuellement en place pour vous permettre de mieux appréhender la numérisation de votre économie.



Piratage et sécurisation des données et des informations